Martinisme et O.K.R.C.

Quelques mois après avoir créé l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix, soit plus de quatre-vingts ans apres la mort de Saint-Martin, Papus et Chaboseau, tous deux membres de la direction de l’Ordre découvrirent qu’ils avaient reçu une filiation remontant au célèbre théosophe.

Papus affirma avoir été initié en 1882 au grade de S.I. « Supérieur Inconnu » par Henri Delaage qui se réclamait d’un lien direct avec Saint-Martin par le système « d’initiations libres ». Quant à Chaboseau, sa filiation lui aurait été transmise par sa tante Amélie de Boisse-Mortemart. Tous les deux décidèrent de s’initier mutuellement et informèrent immédiatement les autres responsables de l’Ordre. Papus et Chaboseau confirent cette filiation essentiellement spirituelle de Louis-Claude de Saint-Martin à l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix. Comme le déclara Delaage, elle n’était alors matérialisée que par « deux lettres et quelques points ». 

Immédiatement conscient de la richesse de cet héritage, l’Ordre donne un corps à cette transmission en l’associant à l’initiation de « Philosophe Inconnu » du système maçonnique de H.-T. de Tschoudi. Puis cette cérémonie de « Supérieur Inconnu » devint le degré préliminaire de l’Ordre. La version maçonnique qui était à l’origine essentiellement symbolique fut ainsi activée par les connaissances opératives des membres de l’Ordre. L’Etoile Flamboyante put alors pleinement rayonner de nouveau. 
A partir de ce moment, tout nouveau membre de l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix devait d’abord être reçu Supérieur Inconnu, Adepte de Saint-Martin. 
Ce premier degré de S:. I:. constitue le fondement moral et spirituel de l'Ordre. Il en est le préalable.

Rappelons que Louis-Claude de Saint-Martin fonda une "petite école à Paris" quelques années après la mort de son maître Martinès de Pasqually. Cette société (communauté) avait pour but la spiritualité la plus pure. Il intégra les doctrines de Martinès aux siennes et instaura comme unique degré celui de S:. I:.. Ce titre était une reprise de l'appellation distinctive de la dignité suprême des membres du Tribunal Souverain de l'Ordre des Elus-Cohens. Dans la plupart des sociétés secrètes l'initiation se faisait par degrés. Ici Saint-Martin choisit d'instaurer une transmission avant tout morale et spirituelle. Il s'agissait de recevoir la clé qui ouvre la porte intérieure de l'âme par laquelle on communique avec les sphères de l'Esprit. A ces hauteurs, nullle organisation en degrés n'est nécessaire. Seuls sont requis une manifestation du désir, un engagement de l'âme et un réveil de la volonté droite.

Les principes étaient à la fois identiques et différents à ceux de l’Ordre des Elus-Cohens. Les techniques et les préparations rituelles par exemple ont toujours été relativement simples dans l’école de Saint-Martin. Dans cette voie mystique, à la différence de certaines écoles magiques et théurgiques, l'étape préparatoire était constitué par notre travail intérieur quotidien et notre "attitude morale de pureté". Cela signifie que toutes les préprations rituelles sont inutiles pour quelqu'un qui ne pratique pas cette démarche intérieure. C’est la seule condition à l’approche d’une véritable pureté intérieure.

C’est pour cette raison que l'Ordre Kabbalistique de la Rose+Croix a toujours considéré ce grade comme préalable moral à la formation entreprise. Il n'était donc point nécessaire dans ce cas d'en faire un Ordre. Cette première étape de S.I. est donc fondamentale et paradoxalement ne nécessite qu'une formation théorique minimale. Cet état est spirituel et constitue une démarche intérieure indéfectible. Comment imaginer qu’il faille étudier la kabbale, la théologie ou toute autre science pour s’engager moralement dans une telle démarche intérieure. L’intellectuel n’a rien à voir avec ce type de prise de conscience.
Voilà ce que fut l'Ordre Martiniste des origines.

Il fallut attendre Papus et ses successeurs pour que naisse une volonté de faire du martinisme un ordre structuré en degrés menant à la seule initiation transmise par Saint-Martin, celle de S.I. (Supérieur Inconnu).

Quelques années plus tard, en 1891, l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix demanda à Papus de développer l’initiation de Supérieur Inconnu sous la forme d’un Ordre extérieur dont le rôle essentiel serait la spiritualité et la chevalerie chrétienne. Papus choisit de le structurer selon l’échelle maçonnique en trois grades. La seule réelle initiation fut évidemment la dernière, celle de S.I. (Supérieur Inconnu). Nulle ambiguité dans la mission confiée à Papus. Il s’agissait de permettre à un plus grand nombre de personnes de découvrir la pensée de Saint-Martin et d’entreprendre la démarche morale représentée dans la plus pure forme de chevalerie chrétienne.

Cette structure donna une perennité certaine à l’Ordre Martiniste qui continua à se développer après la mort de Papus et à se ramifier suviant les aléas de son histoire.

De son côté, l’Ordre kabbalistique de la Rose-Croix, fidèle à sa démarche, continua à accepter en son sein des candidats ayant déjà reçu l’initiation de Supérieur Inconnu ou la leur transmettait selon la forme originelle comme préalable à la démarche entreprise en son sein.

L'actuel Ill. Grand Patriarche Rose-Croix Jean-Louis de Biasi a reçu l'ensemble des filiations martinistes, ce qui fait de l'Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix d'aujourd'hui l'un des plus légitimes.

Louis Claude de Saint Martin

© 2018 Ordre Kabbalistique de la Rose-Croix